L'excellence professionnelle, qu'est-ce que c'est ?

Raconte-moi quatre histoires sur toi...

Raconte-moi quatre histoires sur toi

quatre situations où tu t’es senti à ta place, où tu as réalisé avec facilité et plaisir quelque chose dont tu es encore fier aujourd’hui...


Et je pourrai, en tant que coach, te mettre sur la piste de ton excellence, ce mode opératoire spontané que tu actives dans le plaisir et la joie, avec des résultats remarquables, au travail et ailleurs.


Ton excellence relève de la résilience. Elle est née d’un mouvement de survie face à des situations répétitives qui te faisaient souffrir dans l’enfance, et dont tu as appris à sortir.


Tu l’as travaillée inconsciemment, construite et utilisée des milliers de fois, depuis ton plus jeune âge. Cela s’est fait par nécessité, au cours de tes 16 premières années de vie.


À ton insu, tu as cultivé ton excellence en empathie, ou en négociation, ou en clarification de situations complexes, ou en résolution de conflits, etc.


Comment mettre en lumière ce que tu fais si bien depuis si longtemps, mais dont tu ne mesures pas le caractère exceptionnel ?


Ton excellence est inscrite dans ta mémoire procédurale. Tu sais faire, mais pas expliquer comment tu fais. Un peu comme le fait de tenir en équilibre à vélo.


Il faut emprunter des chemins détournés pour la révéler au grand jour.


Les quatre histoires que tu me racontes sont l’un de ces chemins. Il s’en dégage des lignes de force, des points communs, des comportements qui se répètent.


L’excellence s’appréhende également grâce à cette phrase :


« Dans tel contexte, j’ai l’art de faire telle chose afin d’atteindre tel objectif ».


Donc, tu l’utilises dans des contextes bien spécifiques, pour passer d’une situation désagréable à une autre qui te convient mieux.


Une fois que le coach commence à cerner l’excellence de son client, il peut détailler avec lui son processus de mise en action.


▶  Comment collecte-t-il les informations nécessaires ? Capte-t-il des émotions, des mots, une ambiance, des symptômes physiques, autant de signaux faibles que les autres ne captent pas ?


▶ Comment stocke-t-il ces informations, avec quelles modalités bien à lui : prise de notes, dessins, schémas logiques, codes couleurs, documents, enregistrements audio ?


▶ Comment analyse-t-il, exploite-t-il ces informations ? Identifie-t-il des catégories, des similitudes, des dissonances, des incohérences, des tendances ?


▶ Comment passe-t-il de l’analyse à l’élaboration de la solution à déployer pour transformer la situation ?


▶ Met-il en œuvre la solution ou délègue-t-il cette étape ? Comment s’y prend-il précisément ?


Identifier son excellence a des vertus thérapeutiques. Tu découvres en toi un trésor que tu ignorais et qui fait ta spécificité.


Et tu te réconcilies profondément avec toi-même : trop de personnes dévalorisent leur excellence, voire la répriment, sous prétexte que cela leur semble facile.


Alors que c’est ce qui les rend uniques, exceptionnels, et qu’elle est le fruit de leur histoire.


Jérôme Curnier 


dans Billets
Comment être un bon manager-coach ?