- Publié le 28 janvier 2019

Histoires de croyances épisode 2

L’éléphant qui n’a pas grandi dans sa tête !

Un père de famille emmène son jeune fils au cirque. Le numéro avec les éléphants impressionne énormément le garçon. Il les voit soulever plusieurs personnes simultanément, porter des charges montrant combien les éléphants sont puissants, peut-être même un peu effrayants tant leur force semble potentiellement dévastatrice si elle n’était pas apprivoisée. Le lendemain, il demande à son père de retourner voir les éléphants, mais cette fois à la ménagerie pour les observer « de près ». Un des éléphants est dans un enclos attaché à un pieu en bois. Le fils s’étonne de ce que l’animal reste ainsi attaché et ne tire pas sur la corde pour se libérer de sa longe et profiter plus amplement de l’espace qui lui est imparti. Il s’en confie à son père qui lui répond : « lorsque ce n’était qu’un éléphanteau, le pieu tenait effectivement l’animal. Il n’était pas assez fort pour s’en détacher. Même si aujourd'hui il le pourrait, il n’a sans doute pas vérifié que c’était le cas. Il s’est donc habitué à la longe qui le tient, alors que celle-ci n’est pas plus solide pour lui qu’un fil de couture ne l’est pour nous ! »

Autrement dit, nos croyances agissent sur notre liberté et, dans ce cas précis, en définissent les contours limitants.

Rapides points de repère sur les croyances – le tout en un clin d’œil !

Nos croyances sont issues de généralisations avec parfois des omissions et/ou des distorsions et se sont structurées dans un schéma en trois étapes :

  • on a construit une conclusion ;
  • issue de notre expérience (physique, émotionnelle et mentale) ;
  • qui donne précisément du sens à cette expérience…

Du fait de ces distorsions, omissions et généralisations, notre vie se trouve parfois très étriquée, ce qui pourra amener certains à se plaindre qu’ils vivent une « chienne de vie ». En anglais le terme chienne se dit tout simplement DOG. Voilà donc un moyen mnémotechnique simple à retenir : la vie est une « chienne » dès lors que nous la voyons un peu trop à l’aune de nos Distorsions, Omissions, Généralisations, autrement dit à l’aune de nos DOG, ce qui a donné un acronyme devenu maintenant célèbre parmi mes étudiants !

Nos croyances codent le « terrain de jeu » sur lequel nous évoluons : qu’il s’agisse de nos permissions mais aussi des limites que nous nous fixons telles que nos interdictions et nos obligations. J’ai coutume de dire que nos croyances constituent les ingrédients de la boisson que nous buvons au quotidien : Interdits, Obligations, Permissions, ce qui donne l’acronyme « IOP ». Nous découvrirons progressivement dans cette partie que les croyances qui structurent nos « IOP » deviennent d’autant plus limitantes qu’elles sont plus conditionnées par nos « DOG ». En souriant j’ai coutume de dire que les croyances limitantes sont de véritables « DOG de IOP » !

Nos croyances impactent tous les aspects de notre vie ; certains affirment même qu’elles définissent la durée de notre propre existence ! En croyant ce que nous croyons, nous faisons des choix de vie et nous déterminons ce que nous vivons…

Nous avons des croyances sur le monde et l’existence, les autres, nous–mêmes, les rapports que nous entretenons avec les autres, lesquelles sont génératrices de réalités…

Nos croyances filtrent donc le réel : elles nous conduisent à accepter ou à refuser certaines choses…

En fonction de nos croyances, nous sélectionnons les perceptions qui viennent les conforter et nous éliminons les autres…

Autrement dit, nous collectionnons des preuves plus ou moins subjectives qui viennent étayer la croyance par des faits, la rendant ainsi indiscutable…

Comme les croyances structurent les raisons pour lesquelles nous faisons les choses, nous sommes par conséquent soutenus par elles au plan psychologique. Dans la plupart des cas, les croyances sont dites limitantes lorsqu’elles reposent sur des compréhensions erronées et limitées du réel. C’est en cela qu’il est utile de les revisiter.

Nos réactions face aux événements extérieurs sont aussi largement conditionnées par des croyances ou, pour le moins, par des représentations du réel que nous pouvons faire évoluer afin de grandir en liberté et en autonomie. Or ce n’est pas toujours aisé dans la mesure où les croyances sont le plus souvent acquises par notre éducation, normées par les sociétés dans lesquelles nous vivons et codifiées par la culture. Les revisiter demande du courage ; or parfois, lorsque se redonner de l’espace pour vivre est indispensable, cela devient incontournable !

pour en savoir plus participez à la conférence du 19 juin 2019

Résidence Le Gentil Castel
Appt A11, 5 Bld de Chantemerle
73100 Aix Les Bains
06 81 48 62 76
Suivez l'actualité de l'institut :
Institut maïeutis : Coaching Supervision Enseignement     Tous droits réservés     CGV     Plan du site     Mentions légales                  

Votre vie privée est importante pour nous.

Nous collectons uniquement des informations non sensibles sur votre navigation. Vous pouvez consentir à l'utilisation de ces cookies en cliquant sur ACCEPTER.